X

Je me connecte

Email ou identifiant* Mot de passe* Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Ma Newsletter
X

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

pour ne rien rater de l’actualité autour du magazine : sortie d’un nouveau numéro, d’une nouvelle vidéo, d’un nouveau produit dans le magasin, annonce des soldes, des expositions etc. Il est facile de se désinscrire à tout moment via le lien de désinscription présent dans chacun de nos emails Je m'enregistre
X

Mot de passe oublié ?

E-mail*

Oreille de lièvre

L’oreille de lièvre sera pour toujours le piège absolu. Son côté fouillis imite tout. Au poisson de voir à l’impact de la mouche posée sur l’eau ce qu’il veut voir. C’est une des rares mouches qui permette de sadapter à la situation, en enlevant par exemple des poils en tirant dessus d’un coup sec si on la juge trop fournie.
Son montage demande de maîtriser un minimum la réalisation d’un dubbing (ici avec boucle de fil de montage et twister). Le prélèvement des poils se fait de différentes façons, soit en tirant dessus d’un coup sec, soit en les coupant aux ciseaux (moins bien), soit selon la technique d‘Edouard Zauner, qui au préalable sépare la peau de l’oreille du cartilage (voir p.52). Les poils de la base de l’oreille sont les plus longs. Ils sont placés à l’avant de la mouche. Pour les gros modèles d’hameçons, on aura recours à des poils de masque de lièvre ou à ceux d’une oreille de chevreuil, plus longs.

Acheter la fiche de montage

Rappel : toutes les 5 fiches achetées, une offerte !

Déjà abonné ?

Ou déjà acheté cette fiche ?